L’érythropoïétine est sans effet sur la performance des cyclistes dans la montée du Ventoux

Capture ventouxAprès un traitement par l’érythropoïétine, les coureurs cyclistes améliorent leurs tests d’effort maximaux. En revanche, cela ne modifie en rien leur résultat aux tests sous-maximaux ni leur performance en course.

L’effet sur la performance en course (montée du Ventoux) avait, en son temps (juillet 2016), fait l’objet d’une conférence de presse rapportée dans le N° 6296 du périodique Science (Cyclists’ favorite drug falls flat in trial). Un an après, l’article original est mis à la disposition des internautes online first et free of charge. Coïncidence : cette mise en ligne a lieu le 29 juin 2017, deux jours avant le départ du Tour de France.

48 coureurs cyclistes
Au printemps 2016, 48 coureurs cyclistes de sexe masculin et bien entrainés ont été enrôlés dans une étude menée par le Centre for Human Drug Research de l’université de Leyden aux Pays-Bas.
Les critères d’inclusion étaient : une puissance de pédalage supérieure à 4W/kg, un ECG d’effort normal, un taux d’hémoglobine entre 8 et 9,8 mmol/L et un hématocrite inférieur à 48%.
La moitié d’entre eux (tirés au hasard) ont bénéficié d’un traitement par l’érythropoïétine (une injection par semaine pendant 8 semaines) de façon à augmenter leur taux d’hémoglobine de 10 à 15% (par rapport à leur taux de départ). L’autre moitié a constitué le groupe témoin.
Pendant l’étude, les deux groupes de coureurs se sont entrainés de la même façon (en termes de durée et de distance).

Tests d’effort maximaux : avantage à l’érythropoïétine
Le protocole est progressif par paliers.
Après un échauffement à 175W, la puissance de freinage est augmentée de 25W toutes les 5 minutes avec une fréquence de pédalage de 70 à 90 par minute. L’épuisement est atteint lorsque la cadence de pédalage ne peut plus être maintenue au-dessus de 70/minute.
Résultat du test : pour 2 des critères principaux (la puissance maximale et la consommation maximale d’oxygène) les coureurs du groupe érythropoïétine sont avantagés.

Tests d’effort sous-maximaux : aucune différence entre les 2 groupes
Le protocole est continu à 80% de la puissance maximale pendant 45 minutes.
L’objectif fixé au coureur est de fournir la meilleure performance pendant les 45 minutes. Pour cela, il peut « ajuster » la force de freinage de l’ergocycle (pour plus de puissance s’il s’en sent capable ou pour moins s’il est au bout du rouleau).
Résultat du test : la puissance moyenne développée par le coureur pendant 45 minutes ne diffère pas de façon significative dans les 2 groupes que ce soit en valeur absolue ou rapportée au poids de corps. Il en est de même pour la consommation d’oxygène moyenne.

Montée du Ventoux : même temps pour les 2 groupes
Protocole : l’ascension (21,5 km avec une pente moyenne de 7,5%) est précédée d’un parcours de 110 km effectué en peloton pour que les coureurs arrivent groupés au pied du Mont Ventoux.
Résultat : le temps moyen pour monter au sommet du Ventoux ne diffère pas de façon significative entre les 2 groupes.

Note de l’auteur du billet Il s’agit du premier essai clinique contrôlé réalisé dans les « règles de l’art » pour évaluer les propriétés ergogéniques d’un médicament.
Saluons l’initiative !

Photo :
Mont Ventoux par Jason Licence CC BY 2.0

 

 

This entry was posted in Uncategorized and tagged . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

One Response to L’érythropoïétine est sans effet sur la performance des cyclistes dans la montée du Ventoux

  1. […] Eveillard sur son blog, référencé au sein du  clubdesmédecinsblogueurs.com. Ce spécialiste revient aujourd’hui sur la dernière publication. «Il s’agit du premier essai clinique contrôlé réalisé dans les ‘’règles de […]

Leave a Reply

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>