La télé-béquille

Warrior Transition Brigade - Photo par US Army - Licence Creative Commons - Paternité

Les béquilles, ça sert à marcher quand on doit éviter d’appuyer (plus ou moins) sur une de ses jambes. C’est rare. Ce matin, j’ai fait 3 km à pied dans les rues de Paris sans rencontrer le moindre quidam déambulant avec des cannes anglaises.

La télémédecine, c’est pareil. C’est très utile dans des circonstances rares. ça ne fait pas partie du quotidien des praticiens, ni des équipes hospitalières. Et il est souhaitable que ça ne le devienne pas.

Les relations médecins-médecins pour « avis spécialisés » (oncologie, néonatalogie, neuro-radiologie et médecine de brousse) se font par tuyaux interposés quand ce n’est pas possible autrement (éloignement, horaires nocturnes, précarité d’exercice…).

A l’heure du Web 2.0 (« ensemble, nous sommes meilleurs que les experts« ), il est surprenant de voir le discours ambiant faire l’apologie de la télé-expertise et de la télé-assistance. A mon avis, il aurait été préférable de faire celle de l’empowerment et de l’apomédiation

This entry was posted in Uncategorized and tagged . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

2 Responses to La télé-béquille

  1. […] This post was Twitted by docphe […]

  2. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Philippe Ameline, Philippe Eveillard. Philippe Eveillard a dit: Télésanté : la dernière "couche". Après, il ne reste plus qu'à "tirer l'échelle" http://docedu.fr/WordPress/archives/400 #télésanté […]

Leave a Reply

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>