iPad

Brouhaha…Buzz…Les médias sont quasi unanimes. l’iPad va :
-sauver la presse quotidienne (si mal en point à cause du Web) ;
– sauver l’édition (le « e-book » sur iPad dans le métro) ;
– sauver le monde !

Le « village gaulois » qui résiste au délire ambiant est nord-américain.
Dans le New York Times du 17 mai 2010, Virginia Heffernan prédit (si ça continue) « The Death of the Open Web« . L’article est analysé et commenté par Olivier Ertzscheid (« la boutique contre le bazar » dans Affordance).

Pour faire simple :
– l’iPad est un outil refermé sur lui même et réservé au fan-club d’Apple et de ses applications ; on est loin, très loin de la philosophie du Web 1.0 (je cherche et je crée des liens) et du Web 2.0 (je partage et je collabore) ;
– conséquence :  l’iPad remporte un succès auprès de ceux qui sont plus proches de l’esprit « informatique personnelle » que de l’esprit « Web communautaire ».

Apple a développé (avec brio) un système qui s’appuie sur « presque tout se paie » (iPad = I paid rappelle Ertzscheid) alors que le modèle Web 2.0 repose sur « je dispose librement de l’indispensable et je paie le superflu ». Exemples : PbWorks (wiki),  WizFolio (gestionnaire bibliographique) ou Office Web Apps (bureautique en ligne).

This entry was posted in Uncategorized and tagged , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Leave a Reply

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>