A quoi peut servir MeSH on Demand ?

Si l’on en croit le NLM Technical Bulletin du 5 mai 2014, MeSH on Demand sert à indexer un texte avec des descripteurs MeSH, sous réserve que la longueur du texte ne dépasse pas 10 000 caractères.
En pratique MeSH on Demand peut indexer un résumé (abstract) ou un article court, la longueur moyenne d’un article étant de 25 à 30 000 caractères.
Intérêt : aucun…
… sauf pour les documentalistes de la NLM quand ils ont un « coup de mou » dans leur travail.

Qui peut le plus peut le moins : MeSH on Demand peut chercher (et trouver) l’équivalent MeSH d’un mot clé.
Mais, là encore : aucun intérêt…
… les outils existant (MeSH database et le portail terminologique de santé de CISMeF) rendent le même service et donnent pleinement satisfaction.

La dernière tentative pour trouver un quelconque intérêt à MeSH on Demand consiste à le considérer comme  un outil d’interrogation de la banque de données MEDLINE.
Pour cela, la recherche est formulée à l’aide d’une phrase. Cette phrase est traduite en anglais avec le concours de Google traduction. La traduction de la phrase est placée dans la fenêtre de MeSH on Demand. L’outil fournit les descripteurs correspondants à la phrase. Il ne reste plus qu’à les utiliser pour interroger PubMed/MEDLINE.
Seul bémol, mais il est de taille : MeSH on Demand ne fournit pas les qualificatifs*… ce qui réduit d’autant l’intérêt de l’outil.

IRL : recherche bibliographique sur l’incidence des caries dentaires chez les enfants asthmatiques. Google traduction propose : incidence of dental caries in asthmatic children. MeSH on Demand fournit les descripteurs suivants  : Asthma ; Child ; DMF Index ; Dental Caries ; Humans ; Incidence.
Manque le qualificatif epidemiology. Affilié à Asthma et à Dental Caries, il aurait fait bonne figure dans l’équation de recherche. Dommage !

* En 2014, peut-on encore formuler une requête dans Pubmed sans affilier un qualificatif à un descripteur ?

Crédit photo
Non, je ne regrette rien par Geronimo Lagos Licence CC BY

 

This entry was posted in Uncategorized and tagged , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

4 Responses to A quoi peut servir MeSH on Demand ?

  1. Bernard dit :

    Bonjour,
    Je suis une jeune chercheur et j’ai travaillé sur plusieurs revues de littératures systématiques. Travaillant sur des domaines à cheval sur la santé, l’activité physique et la psychologie, ma recherche biblio repose sur pubmed, psycInfo et sportdiscuss.
    Pour mes recherches biblio sur pubmed, je double toujours mes recherches, une 1er en texte libre et l’autre en Mesh. Malgré cela, lors de révision d’article, j’ai souvent la remarquede reviewer qui soulignent l’absence de quelques articles. Or quand je regarde dans Pubmed ceux-ci ont le plus souvent plusieurs termes clés dans le titre et ou l’abstract.
    -Il y a t il un « guidelines » précis pour la recherche biblio en vue de revue de litté systématique ?
    – Est-ce que l’emploi des limites (e.g. essai cliniques, age>18) est réellement fiable ? n’est il pas source d’oublis ? On obtient tout de même des résultats avec des enfants parmi les articles.
    Existe-t-il des articles qui présentent les failles ou des comparaison de Pubmed et psycInfo ?
    Dernière question, lorsque je réponds aux recommandations type PRISMA ou MARS (pour la psycho), je dois interroger plusieurs bases avec des equations similaires.Or dans ce cas, on se retrouve avec un nombre important de références en doublon. Le travail d’identification et d’élimination des doublons est chronophage et artisanale ( tri par ordre alpha dans un fichier….), existe t il un logiciel spécifique pour ce type de travail ?
    (Suis utilisateur de Zotero depuis plusieurs années mais celui-ci n’est pas aidant pour cette tâche).
    Vous l’aurez compris, je suis à la recherche de réponses et lectures afin de pouvoir combler les limites de prochaines revues et comprendre celles des précédents.
    D’avance merci.

  2. Gaétan dit :

    J’y vois un (petit) intérêt pour les auteurs d’articles qui doivent fournir des mots clés MeSH en plus de leur abstract.

    Par ailleurs, il s’agit bien de la version publique d’un outil interne ( http://ii.nlm.nih.gov/MTI/index.shtml) destiné à aider les documentalistes à faire face au doublement du nombre d’articles à indexer en 15 ans.

  3. philippe eveillard dit :

    D’accord…
    … mais les périodiques qui demandent des mots clés aux auteurs sont de plus en plus rares ; quant à ceux qui demandent des termes MeSH, on va bientôt pouvoir les marquer d’une pierre blanche.

  4. philippe eveillard dit :

    Je n’ai pas de réponses aux deux dernières questions. En revanche je peux répondre aux deux premières.
    Pour les recommandations relatives aux revues systématiques, vous pouvez jeter un coup d’œil sur celles de la Collaboration Cochrane.
    http://handbook.cochrane.org/
    Pour les limites et notamment celles des classes d’âge, le fait d’afficher des articles consacrés à l’enfant alors que vous avez sélectionné la classe « adolescent » est normal. Les classes d’âge sont déterminées par la population étudiée dans le travail de recherche. S’il y a à la fois des adolescents et des enfants les 2 classes d’âge sont indiquées.
    Pour n’afficher des références d’articles ne concernant qu’une seule classe d’âge, il faut écarter les autres. Exemple avec les méthodes de contraception chez l’adolescente qui doivent être formulées :
    Contraception/methods AND Adolescent [mh] NOT Adult [mh]

Leave a Reply

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>